Variants préoccupants du virus responsable de la COVID-19

Novel Coronavirus COVID-19
 

Variants préoccupants du virus responsable de la COVID-19


Après le 26 novembre 2021, le Manitoba ne procédera plus à la publication régulière en ligne des variants préoccupants. Les recommandations de santé publique relatives aux variants préoccupants sont les mêmes que celles pour les cas non attribuables à un tel variant. Le Laboratoire provincial Cadham continuera de surveiller les variants préoccupants, et de l’information additionnelle sera communiquée s’il y a un risque pour le public.


Dernière mise à jour : 26 novembre 2021 - COVID-19 - Tableau de bord des variants préoccupants

Les variants préoccupants du virus responsable de la COVID-19, comme Alpha, Beta, Gamma, Delta et, maintenant, Omicron, continuent de se répandre à l’échelle de la planète. La détection d’un premier variant préoccupant au Canada a eu lieu en décembre 2020. Ce variant, Alpha (B.1.1.7), avait à l’origine été identifié à l’automne 2020.

Nos connaissances et notre compréhension de ces variants évoluent rapidement. Les responsables de la santé publique continuent d’examiner les données probantes émergentes et modifient leur réponse de façon à retarder la propagation et à limiter les répercussions des variants.


Nomenclature des variants préoccupants du virus responsable de la COVID-19

Lignées Pango Étiquette OMS
B.1.1.7 Alpha
B.1.351 Beta
P.1 Gamma
B.1.617.2 Delta
B.1.1.529 Omicron


Consultez le site Web de l’Organisation mondiale de la santé pour en savoir plus sur la nomenclature des variants préoccupants ou des variants d’intérêt du virus responsable de la COVID-19.


Foire aux questions


Les virus comme celui qui cause la COVID-19 mutent constamment. Avec le temps, de nouveaux variants font leur apparition. Si certains émergent avant de disparaître, d’autres parviennent toutefois à survivre.


Différents variants préoccupants du virus responsable de la COVID-19 circulent actuellement au Manitoba et à l’échelle mondiale. Mentionnons par exemple le variant B.1.1.7 (Alpha), qui a été détecté pour la première fois à l’automne 2020. D’autres variants préoccupants ont également été découverts, notamment le variant Beta (automne 2020), Gamma (hiver 2021), Delta (printemps 2021) et Omicron (automne 2021).


Les variants préoccupants du virus responsable de la COVID-19 peuvent avoir différentes répercussions.

  • Ils peuvent se propager dans la population plus rapidement que la souche actuelle. Par exemple, il n’a fallu que quelques mois aux variants Delta et Alpha pour dominer sur la souche d’origine du virus dans leurs pays respectifs. En se propageant plus rapidement, ces variants peuvent entraîner une hausse des cas, ce qui aura des répercussions sur la capacité du système de santé de soigner les gens et pourra nécessiter l’application prolongée ou l’ajout de mesures de santé publique.
  • Ils peuvent occasionner une forme plus grave de la maladie. L’information évolue rapidement sur les répercussions des variants préoccupants, des données probantes émergeant concernant le risque accru de forme plus grave de la maladie et de décès. Nous continuons de surveiller les effets de tous les variants.
  • Ils peuvent compromettre l’immunité naturelle ou induite par la vaccination. Les mutations peuvent interférer avec la capacité des anticorps à reconnaître ou à arrêter le virus, réduisant ainsi l’efficacité des vaccins. Les chercheurs continuent d’étudier les variants pour connaître leurs répercussions sur les vaccins et déterminer comment les fabricants pourraient modifier ces derniers pour déjouer ces mutations.

Compte tenu de ces répercussions possibles, les responsables de la santé publique à l’échelle internationale, nationale et provinciale continuent de surveiller et d’étudier activement les nouveaux variants du virus responsable de la COVID-19.


Le Manitoba se concentre sur la vaccination du plus grand nombre possible de Manitobains, tout en prenant les mesures suivantes pour ralentir la propagation des variants :

  1. le criblage en laboratoire des échantillons positifs de COVID-19 pour cibler les mutations associées aux variants préoccupants et accélérer leur détection. Cette procédure est suivie d’un test de confirmation;
  2. la gestion intensive des cas et des contacts pour ralentir la propagation de la COVID-19 et des variants préoccupants dans la province;
  3. les examens continus des mesures de santé publique pour les adapter à l’évolution des orientations nationales et tenir compte des nouvelles données;
  4. la surveillance continue de l’arrivée de variants au Manitoba.

Les nouveaux variants se propagent de la même façon que le virus original de la COVID-19. Vous devez continuer d’observer les ordres de santé publique, limiter le plus possible vos contacts et vous concentrer sur les gestes de base pour limiter la propagation du virus (et de ses variants) afin de vous protéger et de protéger les autres. Vous devriez notamment :

  • vérifier votre état de santé (présence ou absence de symptômes) chaque jour;
  • rester à la maison lorsque vous êtes malade, même si les symptômes sont très légers;
  • passer un test de dépistage si vous présentez des symptômes de la COVID-19;
  • pratiquer l’éloignement social (physique);
  • porter un masque lorsqu’il n’est pas possible de pratiquer l’éloignement social (physique);
  • vous laver les mains lorsqu’il n’est pas possible de pratiquer l’éloignement social (physique);
  • suivre toutes les recommandations et directives de santé publique si vous revenez de voyage ou si vous êtes considéré comme ayant été en contact étroit avec un cas d’infection associé à un variant préoccupant.

Oui. Les chercheurs continuent d’étudier les variants pour connaître leurs répercussions sur les vaccins et déterminer comment les fabricants pourraient modifier ces derniers pour déjouer ces mutations. Notre meilleure défense contre la COVID-19 et ses variants préoccupants est de vacciner la population du Manitoba, en plus d’observer les ordres de santé publique et les gestes de base.

Les responsables de la santé publique traitent chaque cas positif comme s’il s’agissait d’un cas de variant préoccupant, en procédant à une gestion plus intensive des cas et des contacts. Cette approche est maintenant normalisée pour tous les cas et les contacts, peu importe le type de souche de COVID-19 qui a causé l’infection. Il n’y a pas de différence quant à la façon dont la Santé publique gère les cas ou les contacts causés par un variant préoccupant, puisque la majorité des cas sont maintenant attribuables à un tel variant.